Information Générations Mutualistes

Fort succès du séminaire européen "Choisir sa vie" du 20 mars 2018

Fort succès du séminaire européen "Choisir sa vie" du 20 mars 2018
Le 20 mars dernier, Générations Mutualistes et le Centre de la Gabrielle-MFPass ont organisé un séminaire européen intitulé "Choisir sa vie - Pratiques de désinstitutionnalisation en Europe et en France". Retour sur cette journée réussie et appréciée !

Pour rappel, ce séminaire s'est inscrit dans le cadre du projet européen de partenariat stratégique pour l'éducation des adultes Erasmus + "Unlocking freedom through adult education" (aussi appelé "Projet D.I."). Il a pour ambition de soutenir le processus de désinstitutionnalisation des personnes en situation de handicap et la période de transition vers la vie autonome en développant de nouvelles pédagogies, méthodes d'apprentissage et de formations innovantes adaptées aux besoins des adultes.

 

Plaidant pour la transformation de notre modèle pour aller vers une société plus inclusive et en accord avec la volonté des personnes accompagnées, ce séminaire avait pour objectifs de :

  • Questionner les différents enjeux (éthiques, juridiques, philosophiques etc…) et les pratiques professionnelles existantes en France et en Europe autour de la Convention des Nations-Unies relative aux droits des personnes handicapées.
  • Valoriser les pratiques existantes en France dans les établissements mutualistes notamment et s'inscrire pleinement dans un processus de désinstitutionnalisation ;
  • Présenter la démarche du projet D.I. et diffuser les ressources développées par les partenaires européens pour accompagner la période de transition vers la vie autonome et donner des exemples de bonnes pratiques européennes ;
  • Permettre de disséminer, inspirer, renforcer et créer des synergies sur les thématiques du handicap et de l'inclusion dans la société.

 

Cette journée a réuni un nombre record de participants (près de 140 personnes) impliqués dans le champ du handicap, tant français qu’européens. Les retours sont extrêmement positifs au regard de la richesse du contenu proposé par les intervenants, des témoignages présentés par les professionnels et personnes en situation de handicap et de la pertinence des débats.

 

De nombreuses personnalités étaient présentes parmi lesquelles Marie-Anne Montchamp(Présidente de la CNSA), Rodrigue Kokouendo (Député de la 7ème circonscription de Seine-et-Marne et membre du groupe d'étude sur l'autisme à l'Assemblée Nationale), Anne Burstin(Directrice Générale de la CNSA), Patrick Gohet (Adjoint du Défenseur des Droits), Philippe-Karim Félissi (Avocat spécialiste des droits des personnes handicapées au Barreau de Paris) et James Crowe (Président de l'EASPD).

 

Grâce à la diversité des intervenants et celle de leurs histoires respectives, les échanges avec nos partenaires européens ont été extrêmement intéressants et constructifs. Nous avons entre autres discuter :

  • Du point de vue de l'EASPD relatif à la désinstitutionnalisation (Luk Zelderloo, Secrétaire Général de l'EASPD) ;
  • De la pair-émulation et du développement des compétences à la vie autonome existant en Irlande (David Carrig, John Michael Stanford, Stewarts Care) et en Bulgarie (Yordanka Raynova, ICSS) ;
  • De la situation des travailleurs en  situation de handicap en Italie (Fabrizio Fea, Vice-Président de l'EAPSD et directeur médical) ;
  • De la désinstitutionnalisation en Slovénie (Valerija Buzan, Vice-Présidente de l'EASPD) ;
  • Du vocabulaire utilisé dans le secteur du handicap (en France et en Europe).

 

Le réseau mutualiste s'est fortement mobilisé au travers de témoignages aussi divers que riches concernant notamment :

  • L'approche socio-historique de la désinstitutionnalisation notamment en écho avec la recherche-action menée au Centre de la Gabrielle (Alexandre Ployé, Docteur en sciences de l'éducation et responsable des formations pour l'Ecole inclusive à l'ESPE de l'Université Paris Est-Créteil) ;
  • La réflexion mutualiste relative au renforcement du pouvoir d'agir des personnes et le rôle des établissements (Dominique Reffo, Présidente Eovi Handicap) ;
  • L'empowerment des personne en situation de handicap au Centre de la Gabrielle (Renata Chinalska-Chomat, Directrice du pôle autonomie, parcours et inclusion du Centre de la Gabrielle) ;
  • La traduction des enjeux de la désinstitutionnalisation sur le territoire des Pays de la Loire (Anne-Marie Lemessager, Directrice du pôle Santé et Autonomie de la Mutualité Française Anjou Mayenne) ;
  • L'exemple d'un choix de vie (Patrick Dupont, salarié à la blanchisserie des Ateliers du Parc de Claye).

 

Ont également été abordés deux notions indissociables de la désinstitutionnalisation que sont la nécessité de renforcer les liens avec le sanitaire pour faciliter la fluidité et l'efficience des parcours (Muriel Poher, chargée de projet de la filière de santé DéfiScience, APHP) et la réflexion à mener sur l'éthique de l'incertitude (Pierre-Olivier Monteil, docteur en philosophie politique et enseignants en éthique appliquée à HEC et l'Université Paris-Dauphine).